Un bouquet d’asperges

J’aime les asperges. Je les aime  d’un amour aussi intense que la haine que je leur portais dans mon enfance. Les choses changent, les goûts s’affinent, fort heureusement.

La fin de la saison est imminente, c’est donc le moment de leur rendre un ultime hommage.

–          «Dans une soupe?», me direz-vous.

–          Absolument.

–           «En juin!?»

–          Et oui!

Bon d’accord, une soupe en juin se doit d’avoir quelques caractéristiques particulières qui la rendront adéquate pour ce temps de l’année.

L’été, c’est le temps des veloutés frais, des soupes crues et des bouillons légers auxquels on ajoutera quelques jeunes pousses, des herbes fraîches, des légumes feuillus crus, des petits légumes en brunoise…  Il n’en demeure pas moins que la soupe représente à elle seule une merveilleuse façon de refaire le plein de minéraux,  de fibres douces et d’eau. Elle nous permet de surcroît de  faire quelques malins tours de passe-passe qui feront d’elle une mine d’or nutritionnelle !

La tisane dans la soupe !

Pour enrichir vos soupes, rien de mieux que de leur donner un petit coup de pouce en ajoutant quelques plantes infusées en guise de bouillon.

L’idée est de jouer avec les plantes en fonction de nos besoins et de nos goûts, en tenant compte bien entendu des interactions qui pourraient avoir lieu avec une prise de médicaments allopathiques. L’avoine fleurie, le framboisier, l’astragale, les champignons médicinaux (reishi, maïtake, shiitake, cordyceps), le plantain, la guimauve, la molène sont toutes des plantes nutritives et douces qui s’intègrent très bien en soupes. Comment ? L’idéal à mon avis est de préparer à l’avance une infusion ou décoction bien corsée que l’on ajoutera en toute fin dans le bouillon de la soupe. De cette façon, on évite les mauvaises surprises sous la dent!

L’ortie est la grande championne à ce jeu : elle a une saveur douce légèrement amère et un IM-MENSE potentiel thérapeutique qui s’exprime tout en subtilité, en nourrissant, en tonifiant et en drainant l’organisme. Véritable reine de la reminéralisation, cette plante aux fines aiguilles qui pousse abondamment au Québec peut être consommée à volonté et même sur de longues périodes!

Fraîche?

Elle doit être légèrement passée à la vapeur afin de supprimer l’effet désagréable de ses petites épines. J’utilise des gants de caoutchouc pour la manipuler sans risque de piqûre lorsqu’elle est crue. Elle se prête fabuleusement aux plats de pâtes, risottos et gnocchis de toutes sortes, en pesto, salsa verde, sautée à la poêle avec de la fleur d’ail, dans un plat de riz, de quinoa, de légumineuses et bien plus encore! Exception à la règle : si vous possédez un mélangeur haute vitesse, elle peut facilement s’intégrer à vos smoothies de toutes sortes pour un généreux boost de chlorophylle et de minéraux.

On trouve de l’ortie fraîche en marchés fermiers, jardins de plantes médicinales ouverts au public et autres marchands de joyaux sauvages lorsque le printemps se pointe le bout du nez.

Séchée?

On l’infuse à couvert une vingtaine de minutes, on filtre et on l’utilise dans la journée : l’infusion d’ortie se conserve très mal. On peut bien évidemment la boire directement, chaude, froide et en limonade aromatisée au choix (menthe, basilic, mélisse, fenouil, etc), elle s’utilise très bien comme partie liquide des smoothies matinaux, dans les soupes, dans les bouillons… Elle est d’ailleurs merveilleuse associée à du miso!

Rechercher l’ortie séchée sous une forme idéalement entière, c’est-à-dire que l’on doit  pouvoir reconnaître les feuilles entières plutôt que des flocons de feuilles difficiles à identifier. Elles doivent aussi être bien vertes, signe d’un séchage récent et de bonnes conditions d’entreposage. Ces petits trucs s’appliquent pour l’achat de toutes les plantes séchées : meilleure est la qualité, plus grande en sera l’efficacité!

L’asperge, bien plus qu’une branche verte! 

Le charme de l’asperge s’étend  à de plus vastes niveaux que sa simple élégance!

Légume vert aux essences printanières, on reconnaît depuis longtemps à l’asperge des vertus diurétiques, laxatives, apéritives et dépuratives.

Principalement active au niveau de la sphère urinaire, qu’elle protège et assainit, elle  facilite l’excrétion des toxines par les reins. Cette caractéristique est assurée par la présence de plusieurs facteurs, mais c’est l’asparagine bêta qui retient tout particulièrement l’attention. C’est d’ailleurs à sa présence que l’on attribue l’odeur caractéristique qui se dégage des urines après avoir mangé des asperges. Passionnant, non? Intégrez-la dans votre alimentation afin d’agir de façon préventive face aux cystites et autres troubles des voies urinaires.

En agissant sur le volume d’eau dans le corps, l’asperge contribue aussi à diminuer la pression artérielle. Les fibres qu’elle contient ont une action hypocholestérolémiante puisqu’elles captent le cholestérol alimentaire pour l’éliminer par les selles. Idéale, entre autres,  en prévention des troubles cardio-vasculaires!

Velouté frais d’asperges, petits pois, infusion d’ortie et menthe verte 

  • 1 tasse d’asperges coupées en tronçons de 2 cm
  • 1/2 tasse de petits pois frais
  • 2 tasses de lait d’amande maison
  • 3/4 tasse d’infusion d’ortie bien corsée
  • 1 tige de fleur d’ail
  • 2 tiges de menthe verte fraîche
  • Le jus d’un demi-citron
  • 1/2 cuillère à thé de sel de mer
  • Poivre au goût
  • Un filet d’huile d’olive

Passer les asperges et les petits pois à la vapeur douce 2 à 3 minutes. Ceci attendrira les fibres tout en potentialisant les saveurs douces de ces légumes au dépend de l’amertume. Retirer du feu et laisser tempérer quelques instants.

Dans le récipient d’un mélangeur, verser le lait d’amande et l’infusion d’ortie. Y déposer les asperges et les pois, la tige de fleur d’ail crue, les feuilles de menthe, le jus de citron. Activer le tout pour réduire en une crème lisse. Saler et poivrer au goût.

Verser immédiatement dans les bols de service ou placer au réfrigérateur si vous souhaitez que le velouté soit un peu plus frais. Garnir de jeunes pousses de pois verts, de feuilles de menthe et d’un filet d’huile d’olive.

Publicités
, , , , , , ,

Suivez-moi!

Suivez-moi sur Facebook ou Twitter.

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :